Si on peut utiliser l’alcool à prostatite et quel alcool est permis à l’adénome à la maladie

Si XTRAZEX acheter

L’Adénome de la prostate (DGPJ) est la maladie inflammatoire, qui est accompagnée par l’accroissement actif des tissus de la prostate.

Après le diagnostic et la confirmation du diagnostic au patient il faut reconsidérer le mode de vie, refuser une série de plats habituels, les boissons. Vu ceci chez plusieurs hommes apparaît la question raisonnable, autant sont compatibles les boissons spiritueuses au traitement médicamentaire de la pathologie.

Nous Examinerons, si on peut utiliser l’alcool à prostatite et l’adénome ?

Comme l’alcool influence la prostate

l’utilisation Raisonnable des boissons alcoolisées aux stades précoces du procès inflammatoire dans la prostate est possible, mais il faut respecter absolument les précautions. De petites doses du vin qualitatif rouge ou le cognac peuvent favorablement se faire sentir l’état de la santé pour hommes, aident à intensifier l’affluence du sang vers les organismes de la petite bassine.

Si abuser de l’alcool, le boire souvent, sur l’organisme est l’influence opposée. Quand l’adénome de la prostate est provoqué par l’infection, l’alcool réduit l’immunité, crée le milieu favorable à la multiplication active de la microflore pathogène. Finalement la maladie passe vite à la forme chronique, de qui il est pratiquement impossible de se délivrer.

L’influence Négative s’enregistre et sur les organismes de la petite bassine, si une petite dose des boissons améliore l’affluence du sang, l’utilisation excessive provoque :

  • Les phénomènes stagnants;
  • Le renforcement de la charge sur la prostate;
  • La perte de la puissance.

Certaines sortes de l’alcool augmentent la concentration de l’hormone estrogena, cela sert du catalyseur du renforcement du procès inflammatoire.

À l’hyperplasie de la prostate l’alcool est extrêmement dangereux, particulièrement à la forme chronique. Les médecins conseillent pour toujours de refuser l’alcool, aux parents du malade il faudra mettre le maximum des efforts pour le délivrer de la mauvaise habitude.

Les Études ont montré que l’alcool peut provoquer l’oedème de la membrane muqueuse de l’urètre. Puisque à prostatite et l’adénome ouretral’nyj le canal et est déjà rétréci ainsi par les tissus grandis, s’enregistre encore bol’chee le rétrécissement. Finalement chez l’homme embarrasse l’urination, jusqu’à son arrêt complet. Décider le problème peut seulement l’intervention opérationnelle.

Outre cela, l’alcool et les produits de la désagrégation sont capable de s’accumuler dans les tissus, y compris la prostate. Les substances exercent l’influence totale toxique sur :

  1. l’organisme en tout;
  2. Les organismes intérieurs;
  3. Les systèmes.

Une Autre influence nuisible de l’alcool – vymyvanie du zinc. Comme on le sait, notamment le zinc est la substance principale contribuant au travail adéquat de la prostate. À l’insuffisance du zinc tombe l’efficacité du traitement, il y a des déclarations pour l’éloignement complet de l’organisme enflammé, il y a une perte de la santé pour hommes.

À l’ignorance des prescriptions du docteur à des fois s’aggrave l’état de santé total, il y a une faiblesse superflue, l’irritabilité, la fatigue constante, le problème avec le rêve.

La Compatibilité de l’alcool et les médicaments réduit la qualité de la thérapeutique, il y a des violations lourdes dans le travail de l’appareil uro-génital, jusqu’à la stérilité.

que peut, et qu’est impossible

Les boissons spiritueuses Solides à l’adénome de la prostate exercent l’influence rudement négative sur le travail des testicules, deviennent la raison principale de l’aggravation de la pathologie, le renforcement des symptômes.

Les Médecins recommandent de temps en temps de boire du vin un peu rouge. La boisson se fait sentir positivement le travail du système cardio-vasculaire, améliore krovotok. Une principale condition – refuser les vins rouges des sortes fixées. La variante optima – n’importe quel vin sec sans supplément de l’alcool.

Les études Scientifiques ont montré que l’utilisation quotidienne de 20 grammes du vin rouge réduit la probabilité du développement du procès oncologique dans la prostate. Quant aux sortes blanches des vins, les limitent.

Encore une boisson, sur qui il faut accentuer l’attention, cette bière. Le fabriquent avec l’application de l’ivresse, zatormajivajuchtchego le fonctionnement des testicules. Dans la composition il y a des substances, qui selon la structure chimique sont très proches des hormones féminines sexuelles.

À l’utilisation systématique de la bière chez les hommes :

  • tombe le niveau testosterona;
  • il y a des problèmes avec la puissance;
  • s’aggrave l’état de la prostate.

Une Grande erreur boire l’alcool au fond de la thérapeutique par les médicaments : spazmolitikami, les analgésiques, les antibiotiques, les antiphlogistiques non stéroïdes et hormonaux. Toutes les préparations appelées provoqueront les réactions indésirables de l’organisme, les conséquences dangereuses, jusqu’aux états piquants demandant l’assistance médicale urgente.

on n’exclut pas le développement de l’insuffisance rénale.

Les Recommandations pour les hommes

si au cours du diagnostic de l’organisme on confirme le diagnostic l’adénome de la prostate, au patient raconteront des restrictions principales. Le refus complet des boissons spiritueuses deviendra la recommandation de l’urologue. Seulement une petite dose de l’alcool utilisée quelques fois pendant le couple de mois, ne causera pas le dommage.

Ne se trouve pas remplacer l’alcool par les cocktails, les ingénieurs électriciens, les boissons sans alcool gazeuses. À eux on ajoute une grande quantité d’ingrédients synthétiques. Telles substances porteront le coup pour les fonctions de la prostate, réduiront à rien tous les résultats du traitement médicamentaire.

Pour retirer le procès inflammatoire, à l’homme fixent le cours des antibiotiques. Les médicaments semblables ne sont pas compatibles avec l’alcool. La conséquence de la violation de la règle donnée deviendra :

  1. l’aggravation des signes de la maladie;
  2. La progression rapide;
  3. Le passage à la chronique.

Quand l’utilisation de longue durée des comprimés est récommandée, avant le traitement il est important de consulter avec le médecin en ce qui concerne la possibilité de boire les boissons contenant l’alcool.

Si l’état du patient se trouve en voie de la rémission, on ne passe pas la thérapeutique médicamentaire, boire une petite quantité d’alcool on peut, même s’enregistre l’influence insignifiante positive. Dans tous les autres cas l’alcool sous l’interdiction.

La dose Admissible de l’alcool au traitement de l’adénome et prostatita – est pas plus 100 g que le cognac et 200 g du vin rouge.

l’Accueil de l’alcool après l’opération

N’importe quelle intervention chirurgicale est un puissant stress pour l’organisme humain, puisque l’on porte au système réfractaire le coup écrasant. L’organisme tâche par toutes les forces à lutter avec les endommagements et se rétablir après la manipulation.

Dans tels cas chez le patient ne doit pas même pense apparaître sur l’alcool. La durée de l’abstinence est stipulée à titre individuel, mais il n’y avoir pas être période moins de réhabilitation.

Aux problèmes avec la volonté les conséquences menacent à l’homme : le changement de la consistance du sperme, la violation du fond hormonal, l’affaiblissement de la viabilité des spermatozoïdes, de fortes douleurs dans le domaine du rectum.

En dehors de cela, l’utilisation de l’alcool fera savoir sur elle-même :

  • par l’apparition spécifique vydeleny;
  • par la violation du travail du système cardio-vasculaire;
  • par l’inconfort à la défécation;
  • par la difficulté de l’urination.

La Tâche prioritaire après l’éloignement DGPJ – le renouvellement de la fonction érectrice. Si accepter l’alcool, l’organisme s’affaiblit encore plus, tombe la capacité de travail des testicules. Pour cette raison l’abstinence de spirtosoderjachtchikh des boissons doit se prolonger jusqu’à ce moment, ne se rétablira pas la fonction érectrice.

L’Homme, qui s’est heurté au diagnostic semblable, doit comprendre que sur konou sa santé. Le plaisir douteux du petit verre de la vodka ou le cognac prive sa vie à valeur requise. C’est pourquoi il faut tâcher de refuser la partialité et apprendre à vivre sans alcool.

Ça vaut la peine de noter que les récidives chez les patients menant une vie saine, arrivent à 5 fois moins souvent, que chez les malades buvant à l’adénome. Même à l’utilisation périodique de l’alcool dans de petites doses la probabilité de l’aggravation de l’état et la nouvelle spire de la pathologie augmente.

Pour l’amélioration du tableau aux problèmes avec la prostate il est désirable de reconsidérer la ration, utiliser plus de fruits, les légumes, la production laitière, les huiles. Il est récommandé de mener une vie saine, s’occuper des charges modérées physiques.

Rating
( No ratings yet )